* Ainés : 65 ans et plus

** Étudiants : 25 ans et moins, fréquentant une institution reconnue

Prix des billets

Conversation Français-English

Les Noces / Carmina Burana

Abonnement de saison

(deux concerts)

À l'avance

30 $

40 $

À l'avance

25 $

35 $

À la porte

35 $

45 $

À la porte

30 $

40 $

Ordinaire

Ainés*/étudiants**

65 $

55 $

Automne 2018

Conversation Français-English

2 orgues

Lundi 29 octobre 2018, 19 h 30

Église du Très-Saint-Nom-de-Jésus

4215, rue Adam, Montréal
(métro Pie-IX, bus 139 Sud)

En collaboration avec
Concours international d’orgue du Canada

Philip Crozier et Nicholas Capozzoli : orgue

Maurice Duruflé, Quatre Motets
Louis Vierne, Messe solennelle, Op. 16
César Franck, Psaume 150 
Vaughan Williams, Five Mystical Songs
Hubert Parry, I Was Glad When They Said Unto Me
Jonathan Dove, Run, Shepherds, Run!

billets

2 orgues

Il faut attribuer toujours et encore à l’universalité de la musique la coexistence respectueuse des cultures de nos deux langues française et anglaise ici à Montréal, malgré les divergences politiques occasionnelles. Les choristes et instrumentistes tant francophones qu’anglophones collaborent à tous les jours dans l’amour de la belle musique, et l’histoire de Musica Orbium en est un exemple patent. Dans ce concert, nous célébrons la joie qui nous anime au sein de cette équipée artistique.

Certaines pièces du concert de ce soir sont franchement extroverties et festives. La grandiose Messe de Vierne aux proportions titanesques a été écrite pour mettre en valeur les deux grandes orgues Cavaillé-Coll de l’église Saint-Sulpice à Paris. (Nous avons la chance que l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus bénéficie de deux magnifiques orgues Casavant recréant précisément les sonorités que Vierne avait en tête). Et quoi de plus festif que le I Was Glad When They Said Unto Me de Hubert Parry, écrit en 1902 pour le couronnement d’Edward VII et rejoué depuis lors à tous les couronnements britanniques. Pour sa part, César Franck imprime sa touche bien française au Psaume 150. Avec leurs contributions solistes significatives, les orgues sont définitivement mises en valeur dans ces pièces. En cela, c’est un plaisir de reconnaître notre collaboration avec leConcours international d’orgue du Canada et de lui témoigner notre gratitude pour son excellent travail de promotion de la musique organistique et chorale de la plus haute qualité.

Le programme fait également place à une musique subtile et envoutante : les méditations de Duruflé sur des thèmes grégoriens et l’exquise mise en musique de Vaughan Williams de la magnifique poésie de George Herbert mettent en valeur toute la richesse de la voix humaine. Puis, nous vous invitons à vous joindre à nous pour une course effrénée dans l’histoire de Noël avec le Run, Shepherds, Run! de Jonathan Dove, comme quoi la musique religieuse n’est pas nécessairement toujours sérieuse!

C’est aussi un grand plaisir de collaborer avec deux des meilleurs organistes de Montréal ainsi qu’avec un jeune baryton avec lequel nous avons eu le bonheur de travailler dans le passé.

Bref, une célébration de nos deux grandes cultures musicales. Long live music!

Printemps 2019

Stravinsky

Les Noces

4 pianos

Karl Orff

Carmina Burana

2 pianos

Samedi 27 avril 2019, 19 h 30

Dimanche 28 avril 2019, 15 h

Oscar Peterson Concert Hall

7141, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (métro Vendôme, bus 105)

* Ainés : 65 ans et plus

** Étudiants : 25 ans et moins, fréquentant une institution reconnue

Prix des billets

Conversation Français-English

Les Noces / Carmina Burana

Abonnement de saison

(deux concerts)

À l'avance

30 $

40 $

À l'avance

25 $

35 $

À la porte

35 $

45 $

À la porte

30 $

40 $

Ordinaire

Ainés*/étudiants**/ sans emploi

65 $

55 $

billets

Maintenant, Orbium se lance dans l’exploration de la culture, de la musique et de la poésie folkloriques.

C’est presque un choc quand on réalise que l’œuvre phare et avant-gardiste de Stravinsky, le Sacre du printemps, repose presque exclusivement sur de la musique folklorique russe, ses mélodies et ses instruments. La facture de l’œuvre est indéniablement la sienne, mais il est clair par ses carnets de notes qu’il a passé beaucoup de temps à la recherche de mélodies traditionnelles, se remémorant leur performance par des gens du pays sans formation accompagnés par leurs propres instruments, souvent faits main. En cela Stravinsky est définitivement un de ces chercheurs qui ont mis au jour et renouvelé la musique folklorique ancestrale de certains pays.

Durant ces mêmes premières années du 20e siècle, il a plongé dans la musique et les rituels de la musique nuptiale folklorique russe, ses protagonistes et leurs sentiments, tant de joie dans les célébrations villageoises que de peine pour l’innocence perdue. Le résultat : Les Noces, une œuvre qui l’a occupé pendant plusieurs années, surtout pour trouver l’instrumentation la plus appropriée pour l’accompagnement des voix.  Il arrêtera son choix sur un vaste ensemble de percussions à hauteur déterminée et non déterminée; le résultat est un merveilleux enchevêtrement rythmique de sonorités venant alimenter et soutenir le complexe de mélodies et de textures. Un résultat typique du génie de Stravinsky!

Les recherches de Carl Orff ont débuté dans le monde de la poésie médiévale écrite par des moines, mais pas du tout confinée au monde de l’Église. En fait, les textes sont tour à tour une célébration de la fécondité de la terre (comme dans le Rite) et des évocations sensuelles sans pudeur de l’amour dans toute sa complexité. Tout cela est traité avec une simplicité quasi paysanne, avec des mélodies parfois drues et sinueuses, ainsi qu’avec une répétition presque hypnotique de phrases, bien avant le minimalisme des décennies à venir. Il n’est donc pas surprenant que cette expression fondamentalement humaine de pulsions primales soit devenue une des œuvres les plus populaires du siècle.

Le caractère quelque peu primal de l’expression musicale de Carmina se retrouve dans Les Noces, une œuvre compliquée et sophistiquée, malgré son sujet très familier, ce qui explique pourquoi  elle est beaucoup moins souvent entendue et qu’elle est plus souvent interprétée comme ballet, ce qui était l’intention première de Stravinsky. Cela implique qu’elle présente de nombreux défis aux interprètes, mais Orbium n’a jamais fui les défis! Il a été gratifiant de s’investir dans cette partition complexe et nous sommes reconnaissants à nos collaborateurs instrumentistes et chanteurs d’avoir mis l’épaule à la roue avec nous.

Nous souhaitons vivement que vous aimerez cette célébration de virtuosité chorale.

Espace membres

Je veux être sur votre liste d'envoi

M'inscrire

Nos partenaires